Les retrouvailles et l'installation

Norah et moi avons atterries sur Tahiti il y a de cela maintenant un mois.

Nous nous sommes difficilement remises de ce long voyage de 22h et du décalage horaire. La première semaine, nous avons perdu les 12h que nous avions gagné en faisant de grosses siestes dans la chaleur de l’après-midi polynésien.

Les nuits de Norah étaient courtes, et forcément les nôtres aussi…

Il faut laisser au rythme le temps de s’installer.

 

Nous avons enfin retrouvé Juju, le mari et le papa, après 7 mois de séparations.

Il nous a couvert de fleurs aux parfums exaltants dès notre arrivée. Nous sommes si heureux de pouvoir commencer cette nouvelle aventure tous ensemble et si loin.

 

 

Nous sommes installés à Punaauia, au Sud de Papeete, dans une résidence qui comprend 4 appartements, tous loués à des familles de militaires en campagne. Nous partageons l’accès à une petite terrasse où une piscine a été installée. Idéal car de là où nous résidons, nous ne pouvons pas accéder à la mer à pied (ou il faut aimer les grosses montées…).

 

L’appartement est confortable, et nous jouissons d’une vue exceptionnelle sur la mer et sur Moorea et ses reliefs fascinants. 

Nous sommes un peu isolés, en haut d’une colline, mais l’endroit est d’un calme absolu. 

L’île est fascinante, bien que les aménagements semblent un peu bordéliques. Tout est vert, luxuriant, et les flancs montagneux qui se dressent au centre de Tahiti, inhabités car inaccessibles, offrent au regard des courbes verdoyantes ondulantes emplies de mystère.

La météo change très vite tout au long de la journée. Il peut pleuvoir, puis faire beau, et pleuvoir à nouveau. Le ciel est souvent chargé de nuages, et au gré du vent, Moorea apparait ou disparait de l’horizon. La mer change sans cesse de couleur. Tantôt bleue cristalline, tantôt argentée.

L’île est ceinte par un récif qui offre un petit lagon calme où nager tranquillement. La démarcation se fait nette où de gros rouleaux déferlent, traçant une ceinture d’écume à la belle protégée. 

Nous découvrons ensemble ce nouveau paysage car Juju n’a pas eu le temps d’en profiter avant notre arrivée.

 

 

Les retrouvailles et l'installationLes retrouvailles et l'installationLes retrouvailles et l'installation
Retour à l'accueil