Le jour du déclenchement est arrivé!

Je n'ai à ce jour jamais ressenti de contractions. Le col est fermé à double tour. On me menace de césarienne si jamais la situation n'évolue pas vite.

Le premier gel est posé le lundi matin. Je passe des heures allongée à écouter les battements de coeur du bébé tant attendu pendant les nombreuses séances de monitoring.

Heureusement, la plage n'est pas loin, et je peux aussi aller me dégourdir les jambes sur le sable fin de l'anse Vata.

Le lundi soir, on me pose la péridurale au cas où l'accouchement aurait lieu dans la nuit. L'anesthésiste n'a pas envie de revenir en pleine nuit...Mais bébé n'est pas pressé. La nuit passe, rien de nouveau n'arrive, et je n'arrive pas à dormir tant la douleur de la péridurale est intense.

Mardi matin, un nouveau gel est posé. Je reste encore allongée et branchée la matinée entière.

Vers midi, quelques contractions se font ressentir.

En début d'après midi, une sage femme arrive à percer la poche des eaux. J'ai des contractions, mais le col est encore à peine ouvert. La menace de la césarienne se fait plus insistante. Je pleure. D'autres femmes accouchent dans la salle d'à côté, et de moi, rien ne sort...

On me branche une perfusion pour déclencher de plus vives contractions, et on met en route la péridurale. C'est parti pour 9 heures passées couchée sur le côté avec une jambe en l'air pour ouvrir le bassin. Julien est à coté de moi, et il s'endort sur son fauteuil. Moi aussi je dors. Je ne ressens plus aucune douleur...

Le D-day
Retour à l'accueil