Nous avons quitté Casy de bonne heure, profitant d'un petit vent porteur.

Le ciel est encore bien chargé. Au moment d'entrer dans le canal Woodin, il se met à pleuvoir. Le courant qui passe par le canal se fait bien ressentir, et avec le vent, une bonne petite houle se crée. Ca secoue un peu!

Une fois entré dans le couloir du canal, plus de vent. Les montagnes de l'île Ouen font une muraille au courant d'air, et c'est le calme plat. Nous avons le courant de face, et nous n'avançons plus!

Nous nous faisons même dépasser par Laurent et Jeff, qui ont la chance d'avoir un bateau plus léger et un pédalier pour avancer en cas de panne sèche éolienne.

Nous sommes obligés de mettre le moteur pour nous en sortir.

Une fois passé le canal, nous avons retrouvé notre copain l'Alizé, et il nous a poussé vers le Sud de l'île Ouen, baie de la Tortue, où nous avons passé deux nuits merveilleuses.

Située au sud du canal Woodin, à mi-chemin entre Nouméa et l’Ile des Pins, cette grande île est une haute terre entaillée à l’est par les anses profondes de Kumbé et de Port-Kuté. Immense, elle surprend tout d’abord par son aridité. Seule subsiste la végétation du littoral avec des cocotiers, bois de fer, tamanous ou pins colonnaires. Sa population est concentrée dans la tribu de Ouara, nichée dans une cocoteraie, où se trouve aussi la jolie petite chapelle blanche que nous apercevions depuis le cap N'Dua.

Et quelques habitants ont élu domicile dans les bâtiments restants d'un ancien hôtel de luxe désaffecté (et oui, encore un). Il paraît même que Johnny Halliday y aurait séjourné quelques jours! Cette île est surtout connue pour ses tortues et son ancienne mine de jade.

Nous sommes arrivés tôt, mais il a plu toute la journée. Pas vraiment l'idéal pour une promenade!

Retour à l'accueil