Juju est à peine revenu de sa mission à bord de la Glorieuse que nous décidons de repartir en mer avec Jojo.

C'est une journée sans vent, et nous décidons donc de mettre à nouveau le cap sur le phare Amédée.

Cette fois ci, nous avons prévu notre annexe, Junior, et son petit moteur de 2cv grâce auxquels nous avons enfin pu prendre quelques clichés de l'île et de la majestueuse tour blanche qui se dresse en son centre.

L'îlot étant toujours bien exposé, le vent a soufflé toute la nuit sur les oeuvres mortes de Jojo, faisant chanter les haubans et danser notre nuit.

Le lendemain, le vent n'était pas tombé. Et c'est maintenant un vent d'hiver frais (on n'est plus habitué!) qui nous fait frissonner.

Une promenade sympathique sur l'îlot, et nous revoilà au sommet du phare pour contempler avec émerveillement cette vue infinie sur le lagon, et tout là bas, derrière la passe de Boulari, le grand océan qu'il nous faudra un jour affronter pour aller plus loin, toujours plus loin...

Sur le chemin du retour, le vent nous a bien aidé. Nous atteignons une vitesse moyenne de 4 noeuds, ce qui incite les dauphins gris joueurs à nous escorter sur quelques miles.

Encore un weekend plein de rêve...

Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Et si on retournait à Amédée?
Retour à l'accueil