La nuit a été réparatrice, et malgré nos jambes courbaturées, nous reprenons la route après avoir remercié Olivier, et salué tous les enfants prêts à entrer en classe.

Il fait une chaleur étouffante dès le matin, et nous suons à grosses gouttes.

Après une pause déjeuner à Imaki, nous continuons le chemin. La suite a été intense. Beaucoup de montées, une unique bouteille d'eau qu'il nous faut remplir régulièrement, et nos pieds qui nous font terriblement souffrir.

Nous avons croisé un homme qui nous a offert un pamplemousse et de la canne à sucre, des filles qui jouaient à cache cache alors qu'on voulait leur demander de l'eau, un homme qui nous a ouvert des cocos fraiches pour nous désaltérer… et il y a eu Madeleine, qui est arrivée au moment où nous en avions le plus besoin!

Elle nous a indiqué un raccourci pour atteindre le village d'Etapu plus rapidement, et nous a accompagné jusqu'en bas, à Etapu, où ne pensions jamais arriver dans la journée.

Il y a là un grand chemin, pleins de voitures, et beaucoup beaucoup de monde!

Nous pouvons entendre le grondement du volcan, qui est juste à côté.

Nous avons cherché le Banian Castle Bungalow pour enfin pouvoir nous reposer, et nous avons dormi dans une cabane construite en haut d'un gigantesque banian, à 10 mètres de haut, avec une vue imprenable sur le mont Yasur et ses fumées rougeoyantes.

Le banian castle bungalow
Retour à l'accueil