Le jour suivant, au lieu de nous reposer tranquillement, nous sommes partis dès le matin vers la plaine de cendre du volcan. Bordée d'une forêt dense, elle est traversée par le lit d'une ancienne rivière maintenant sèche qui a creusé son sillon dans le sol magmatique tel un canyon.

Yasur gronde régulièrement, et son souffle nous donne l'impression d'être à côté d'une énorme créature vivante. C'est impressionnant!

Nous sommes rentrés 3h plus tard pour nous régaler de fruits frais et de légumes, et nous avons fait une petite sieste le temps que le soleil calme ses ardeurs.

A 15h30, nous avons enfilé nos chaussures, motivés à attaquer le sommet du volcan par la face Ouest, souhaitant éviter l'entrée touristique et payante (chère en pus!).

Nous avons tenté plusieurs chemins, avant de nous résoudre à grimper directement par la grande pente de cendres noires. Presque au sommet, le sable commençait à être brûlant à 5 cm de profondeur. Nous avons été bloqués par les coulées de lave froide trop friables pour qu'on tente le coup. Pas très sereins, nous sommes redescendus, en projetant une ascension légale au lever du jour le lendemain matin.

La plaine de cendres
La plaine de cendresLa plaine de cendres
Retour à l'accueil